Article sexiste de Ouest-France: les femmes du collectif « Osons la démocratie » demandent un droit de réponse

IMG_0303 [1024x768] IMG_0305 [1024x768]en coupleEtalors

Quelques jours après la journée du 8 mars, dans un article publié dans votre journal, vous ironisez à propos de la présence de plusieurs couples sur la liste « Osons la Démocratie ».

De tels commérages, pensez-vous, sont de nature à intéresser les citoyens et peut-être même à éclairer leurs choix.

Pour notre part, femmes militantes, nous jugeons vos propos désobligeants et  à la limite de l’inconvenance.

En quoi le fait que certaines d’entre-nous aient pour époux ou compagnon un homme qui, fort heureusement partage nos idées, diminue en quoi que ce soit la valeur de notre engagement (dont vous ne parlez d’ailleurs pas, préférant limiter votre propos à des arguments dignes du café du commerce) ?

Nous en sommes bien désolées pour vous car il  arrive désormais que des femmes s’engagent politiquement au même titre que leur compagnon et qu’elles s’expriment en propre pour défendre les valeurs de la vraie gauche. Nous sommes toutes engagées, les unes et les autres dans des combats qui nous sont chers dans des associations, des syndicats, des partis politiques… et nous n’avons attendu ni vous, ni personne pour nous impliquer dans la vie de la cité avec nos valeurs de gauche sociale, démocratique et écologique pour contribuer à l’amélioration d’une société bien souvent mise à mal.

Désormais, pour élever le niveau, évitez « le people » et osez la politique : nous avons des choses à dire et des idées à défendre.

Le collectif des femmes « Osons la Démocratie »

Image de prévisualisation YouTube

Une chanson à la sortie de la rédaction de Ouest France, le journal s’étant opposé à tout enregistrement à l’intérieur des locaux

7 Réponses à “Article sexiste de Ouest-France: les femmes du collectif « Osons la démocratie » demandent un droit de réponse”

  1. Jean-Marie H. dit :

    Quand un journaliste de O-F se prend pour un de chez Closer, il doit y avoir quelque chose de pourri au royaume du journalisme.

  2. Dan dit :

    OF a simplement fait remarquer que les couples homme – femme n’avaient pas bizarrement le même nom de famille , ainsi les épouses auraient elle honte de porter le nom de leur mari en public ? ou à d’autres desseins plus trompeurs vis à vis des électeurs ?

    • Patryk S. dit :

      Non, non, non… pas « simplement ». Et donc les concubins, pour ne citer que cet exemple, vous en faites quoi ? Et les amis ? Les amis d’enfance ? Et les collègues ?! Doit-on indiquer nos liens d’amitiés, fût-elle proche, fût-elle même sexuelle? Doit-on indiquer nos liens d’affaires, commerciaux ou partenariats? Déroulons la liste des collusions voulez-vous bien, on trouverait peut-être d’autres idées d’articles « rigolos », comme le dit si bien M. Demeaux de OF…

      D’ailleurs inversement, je connais des couples qui ne prennent pas le nom l’un de l’autre (meme si ce n’est pas le cas ici). Non, en vérité la législation est ainsi, on met le nom de jeune fille, POINT. Mariés, concubins, homosexuels, ou Strauss-kahnien, vous mettez le nom de jeune fille.

      Et pas « simplement » car dans ce cas pourquoi n’avoir pas fait la meme recherche pour les autres listes? Non en vérité, ce n’est même pas du journalisme ; ce n’est pas le journaliste qui a fait cet article ; il n’a fait que rediffuser une suggestion amicale et bienveillante. M’enfin, toutes les vérités ne se valent pas, ou ne sont pas bonnes à dire.

      Bref. Pas « simplement », non.

      Patryk S.

  3. Philippe L dit :

    La caricature de « droit de réponse » accordé par le chef de rédaction en dit long sur son parti pris personnel et sa conception du pouvoir et du dialogue.

    Il s’obstine à nous traiter avec application d’ »extrême », sans même faire allusion que nous contestons ce terme.

    Il se garde bien d’expliquer pourquoi il s’est intéressé uniquement aux couples de notre liste et pas à ceux des autres.

    Il se garde bien de dire que la source d’information est un courriel anonyme adressé à plusieurs membres de notre liste et n’a pas un mot pour condamner cette méthode.

    Il se retranche sur la validité d’une information mais se garde bien d’expliquer pourquoi à partir de cette information il a développé son ironie nauséabonde sur les valeurs de la famille à gauche et les femmes qui ne portent pas le même nom que leur compagnon.

    Après la photo de notre tête de liste « égarée » par son service, cela commence à faire beaucoup…

    Heureusement qu’il existe en France et à quimper des journalistes qui font correctement leur métier ne comptons pas sur celui-là pour défendre les valeurs de la démocratie.

  4. Claire Dionet dit :

    Allez les femmes ! Avec un ridicule taux de 17 % de femmes en tête de liste aux municipales, il reste tellement de travail en France…! Le sexisme, ça suffit !
    Question : l’auteur de l’article est-il un homme ou une femme…? Car parfois, ce sont les femmes qui mettent des bâtons dans les roues d’autres femmes, et ça aussi, il faut s’en préoccuper.

    • Christine dit :

      Il semble que l’auteur de cet article soit le rédacteur en chef (lui-même) de Ouest France – Quimper.
      Honte à lui !

  5. Loïc Roussain dit :

    NO PASARAN ! (le sexisme non plus !)

Laisser un commentaire

World voice |
Rassembler pour agir |
Pour que vive notre cité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Forcesrevolutionnairespourl...
| Slots & Casino
| Ensemble pour agir autrement