Présentation des candidats : Patryk Szczepankiewicz d’Osons la démocratie par Côté Quimper 21 mars 2014

Dernier volet de notre présentation des candidats aux municipales à Quimper : Patryk Szczepankiewicz d’Osons la démocratie. Il répond à nos questions puis à celles des internautes.

Dernière mise à jour : 20/03/2014 à 11:19

 

Présentation des candidats : Patryk Szczepankiewicz d'Osons la démocratie par Côté Quimper 21 mars 2014 dans Revue de presse

Patryk Szczepankiewicz, 34 ans, de la liste Osons la démocratie

Nos questions :

Votre quartier et ce que vous y aimez

Kerlagatu au Moustoir à l’entrée du Corniguel. Ma conjointe et moi y habitons depuis quatre ans. Cela a été un coup de coeur. Après 5 années à la City de Londres, j’avais besoin de revenir à l’essentiel. Nous sommes les deuxième locataires de cette maison ancienne située à 2 km à vélo du centre-ville et à la même distance de la promenade le long de l’Odet.

Votre première décision en tant que maire

J’entamerai d’emblée la mise en place de la gratuité des transports, qui prendra entre 6 mois et 1 an. Quimper se meurt. Nous voulons la redynamiser par la liberté de déplacement. Allonger l’amplitude horaire des bus pour les travailleurs qui embauchent tôt et pour les gens qui veulent profiter de leur soirée. C’est du bon sens et pas une postion idéologique.

Votre dernière colère par rapport à un événement quimpérois

La pollution, surtout le long de l’Odet. J’en ai fait un album photo ! Polluer n’appartient pas à une classe sociale. Cela concerne le prolétaire comme le gosse de riche. L’éducation et le combat de la marchandisation sont les clés.

Le dernier événement quimpérois qui vous a donné de la joie

Ces phrases un soir de campagne : « Tu as la vérité de ton côté, peu importe ce qu’ils diront » ou « la voix que tu portes, portes là jusqu’au bout. » Je suis heureux de représenter la parole de ceux qu’on n’entend pas.

Les questions des internautes

Le politique d’emploi : le taux de chômage sur Quimper a atteint plus de 9 % ; quelles sont vos solutions pour le résorber ?

Premier employeur de la ville, nous cesserons d’avoir recours aux CDD à répétition et aux contractuels sur des postes permanents. Nous développerons de nouveaux services publics, tels des dispensaires de soins et une politique de proximité tournée vers nos anciens et les tout  petits. Nous rédigerons nos appels d’offres en imposant un taux d’entreprises locales et en y intégrant des critères de mieux disant social et écologique.
Nous inciterons à la reconstitution et la re-localisation des entreprises. Nous soutiendrons la reprise par les salariés de leur outil de travail sous forme de SCOP. Nous favoriserons la création de circuits courts de distribution et nous aiderons les entreprises ou associations œuvrant dans le secteur de l’économie sociale et solidaire.

La politique culturelle : nos internautes regrettent d’être obligés d’aller sur Lorient ou Brest pour assister à des concerts. Quelle politique culturelle comptez-vous mettre en place ?

Le talent existe ailleurs que chez les poids lourds médiatiques : des genres culturels nouveaux sont nés dans des quartiers, studios et cafés-concerts ; c’est une erreur de croire que le chemin de la culture réside dans l’investissement massif en infrastructure. Ce dont Quimper a besoin, c’est de salles plus petites et de programmation régulière.

Mais la culture ne saurait se résumer à la pratique de quelque arts. Les lieux de cultures, quels que soient leur programmation et leur taux de fréquentation, ne touchent pas toutes les catégories sociales. Nous donnerons plus de moyens aux MPT-MJC, aux associations d’éducation populaire ; encouragerons une implication des citoyens et des artistes pour la transformation sociale et la réalisation d’une politique culturelle diverse et surprenante.

La politique sportive : tant en terme d’équipements que de soutien aux associations sportives, quels sont vos projets ?

Dans ce domaine, la France a une forte tradition d’intervention publique mais la marchandisation progresse pourtant. Ainsi, nous voyons le sport devenir un enjeu pour promouvoir la commune alors qu’il devrait être une expression de liberté et un outil de construction de citoyenneté.
En priorité, les financements publics doivent rendre le sport accessible à tous. L’éducation au respect, la valorisation du sport féminin dans d’autres activités que celles réputées féminines, l’adaptation des équipements et leur répartition doivent être regardés comme des priorités.

Les subventions au sport professionnel sont secondaires et ne seront accordées qu’à la condition de mise en place d’une tarification permettant l’accès au plus grand nombre, à la formation et à l’encadrement de jeunes.

Quimper, 29
 
Source : http://www.cotequimper.fr/2014/03/21/presentation-des-candidats-77-patryk-szczepankiewicz-dosons-la-democratie/

Laisser un commentaire

World voice |
Rassembler pour agir |
Pour que vive notre cité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Forcesrevolutionnairespourl...
| Slots & Casino
| Ensemble pour agir autrement